Gens du voyage - réaction de Sylvain Robert

Gens du voyage :

Sylvain Robert, excédé et exaspéré…

La coupe est pleine ! Une énième fois, l’un des terrains de la ville de Lens est devenu le camping attitré des gens du voyage. Ces derniers ont de nouveau investi le terrain du stade Debeyre (là même où est prévu un terrain synthétique jouxtant le futur hôpital). Ce qui devient une malheureuse coutume vue de Paris est en réalité un enfer quotidien pour les Lensois qui se retrouvent dans des zones de non-droits dans leur propre quartier. Un comble !

« C’en est assez ! Je comprends le désarroi des Lensois, confrontés à cette situation. Le stationnement et l’occupation des gens du voyage portent atteinte à la salubrité, la sécurité et la tranquillité publique. Mon cabinet étant régulièrement saisi d’informations relevant du fait divers comme, par exemple, des coups de feu sans oublier un état sanitaire désastreux lorsque les évacuations sont -enfin- faites… Ce qui m’interpelle, c’est qu’au niveau communautaire, les démarches ont été réalisées selon les normes du schéma départemental. Depuis quelques semaines, une aire de grand passage est ouverte à Rouvroy en plus des quatre aires permanentes au sein de l’agglo lensoise, » estime Sylvain Robert qui rappelle que ce genre de trouble monopolise les forces de l’ordre. Et c’est là que le bât blesse : « Au regard de la strate de notre circonscription de police (10ème de France), j’appelle le gouvernement à respecter notre territoire qui a tant apporté à la France en lui donnant de réels moyens en termes de services publics. Avec cette aire de grand passage, nous sommes en légitimité d’attendre une évacuation sous les 48h. Or la plainte déposée par nos services date du samedi 8 juillet, le jour même de l’implantation » souligne le maire qui espère que les économies réalisées n’auront pas d’impact sur les effectifs de police qui n’ont déjà pas aujourd’hui les moyens de faire face à cette situation. 

Et le maire de conclure : « Il ne faut pas arriver à une situation de deux poids/deux mesures… J’entends parfaitement que les gens du voyage sont des citoyens français à part entière qui ont le droit à une vie normale. Cependant, quand nous savons que les services sociaux passent beaucoup de temps chez les habitants (bien souvent modestes) pour réclamer des sommes dérisoires et que d’autres s’octroient tous les droits… Je ne serai pas le maire qui accepte cette situation intolérable. Je ne serai pas le maire qui ne défend pas les Lensois. Je veux que l’Etat soit également présent à ce rendez-vous en dotant d’effectifs et de moyens les services chargés de faire appliquer les lois de la République » .

Le ministre de l’Intérieur a été interpellé en ce sens.

FacebookTwitterPartageImprimerEnvoyer