Histoire du Blason

LENS et ses armoiries

Chaque ville peut posséder ses armoiries mais la loi ne permet pas de faire n'importe quoi. Le blason d'une commune doit être inspiré des sceaux qui étaient utilisés par les autorités lors des siècles passés et répondre à des normes bien précises pour être approuvé par l'Archiviste du Département de la commune.

Les premières armoiries dessinées à Lens semblent être celle de la famille de Lens qui possédèrent la Châtellerie de Lens dès 975 (avec Watier de Lens) suite au rattachement de l'Artois à la Flandre. Cette châtellerie existait déjà aux environs de l'an 900 est était tenue par des seigneurs féodaux qui dépendaient du châtelain. Son territoire s'étendait sur la majeure partie de la Gohelle. Au 10ème siècle, un châtelain de Flandre devenu chef d'une puissante famille prend le nom « de LENS ». Ils conserveront la châtellerie jusqu'en 1312 ( Jean IV de Lens) avant qu'elle ne passe à la maison de Récourt.

Les armes de la famille de Lens et donc de la châtellerie sont alors : 'Ecartelé d'or et de sable'. (dictionnaire Historique et Archéologique du Pas de Calais – tome 3)

De nombreuses villes du Pas de Calais comme Annequin, Sailly la Bourse, Neuve-Chapelle ou Camblain ont conservé dans leurs armoiries, des traces de la famille de Lens. Les anciennes armes d'Hulluch y faisaient aussi référence. 

 

 

En 1070 , la ville de Lens existe, un acte de confirmation des possessions de la collégiale Notre Dame par le Comte Eustache le prouve (Les origines urbaines de Lens en Artois Pierre Beuchère 1952). Vers 1200, Lens possède un château mais reste un bastion militaire, un centre administratif de châtellenie et de baillage (endroit où l'on rend la justice). En 1228, un sceau du baillage de Lens reproduit le château. (Alfred Buquet – Lens, son passé, ses houillères).

 



Entre 1300 et 1700, le sceau du baillage de la ville de Lens n'a pas beaucoup évolué. Le château est remplacé par sa représentation stylisée de 3 tours. Vers 1400, les fleurs de lis lui sont ajoutées et une herse est visible à la porte. Elle est remplacée vers 1700 par 'le monde sommé d'une croisette' avec comme légende 'Lens en Artois'.(sceaux reproduits par Alfred Buquet – Lens, son passé, ses houillères).

 

Les couleurs de l'écu de Lens ne sont pas clairement définies au 17ème siècle. Dans « Histoire des Villes de France » d'Aristide Guilbert, les armoiries de Lens sont ainsi définies : elles sont 'de gueule au château d'argent cantonné de deux fleurs de lys de même'. Cela signifierait il que le fond du blason fut rouge comme le laisse entendre l'expression 'de gueule' ? Cependant vers 1650, dans les albums de De Croy, sur les gravures représentant la ville de Lens, l'écu est composé d'une seule tour de couleur rouge sur un fond argenté. Les deux fleurs de lys l'encadrent. 

A cette époque, les armoiries de la ville de Lens sont ainsi définies par Borel d'Hauteville dans son 'Armoriel d'Artois': 'D'argent à la tour d'or, maçonné de sable et accostée de deux fleurs de lis aussi de sable'. C'est cet emblème qui semble être dessiné dans les albums de De Croy représentant la plaine de Lens bien que les couleurs ne soient pas tout à fait celles définies. 

Borel d'Hauteville décrit aussi les armes du corps des magistrats (l'Echevinage : regroupement de notables désignés pour rendre la justice et assurer la police de la ville): 'd'azur à un château donjonné des trois tours d'or, garni de sa herse de même, et accosté de deux fleurs de lys, aussi d'or'. L. Danscoine dans monnaies, méreaux de la ville et de l'arrondissement de Béthune, en 1859, confirme cette définition comme étant celle des armes de la ville de Lens en souvenir de la maison royale et des princes 'de première race' de l'époque mérovingienne. C'est donc certainement dans la seconde moitié du 17ème siècle que la ville de Lens prit définitivement comme armoiries celles du corps des magistrats

 

Vers 1700 donc, la herse de la porte disparaît au profit d'une représentation de la terre et d'une croix. La définition des armoiries de la ville sont ainsi définies : 'D'azur au château formé d'une grosse tour, crénelée, ajourée et ouverte, l'ouverture coulissée et chargée d'un monde sommé d'une croisette; la grosse tour flanquée de deux autres plus petites aussi crénelées, ajourées et ouvertes, le tout d'or; le château accosté de deux fleurs de lis aussi d'or'. 

Après la première guerre mondiale au cours de laquelle la ville de Lens a atrocement souffert, la croix de Chevalier de la Légion d'Honneur (décret du 30 août 1919) et la croix de guerre 1914-1918 avec palme (décret du 30 août 1919) ont été décernées à la ville. Elles ont alors pris place sur les dessins représentant les armoiries.

En 1927, le blason utilisé pour l'affiche annonçant l'inauguration de la gare est plutôt fantaisiste et n'a rien d'officiel. 

 

Il faut dire que bien souvent, lorsqu'on voulait représenter Lens par un logo, on pensait plutôt aux Mines comme sur cette oblitération pour la Foire Commerciale de 1939. 

 

En 1948, la croix de guerre 1939-1945 avec palme (décision n° 79 du 11 novembre 1948) est attribuée à la ville de Lens, on dit alors que le blason 'est timbré d'une couronne murale d'or et est soutenu par deux palmes de sinople posés en sautoir. A l'écu sont appendus les trois décorations'. Les palmes d'or symbolisent les victoires de la ville souvent détruite au cours des siècles et qui sut à chaque fois se relever; elles représentent le chêne, symbole de la force et l'olivier, la paix. Les quatre tours servant de couronne symbolisent la ville lorsqu'elle était fortifiée.

 

 

Cette version officielle, adoptée par décision du Conseil Municipal le 5 novembre 1951 a été dessinée par Robert Louis, dessinateur symboliste des services officiels. Voici la même, en noir et blanc pour les documents et courriers de la ville : 

 

L'Histoire de Lens est enfin entièrement représentée dans ses armoiries :

-la couronne de 4 tours pour la ville fortifiée qu'elle a été jusqu'au 17ème siècle

-les palmes rappelle toutes les guerres subies par la ville

-les trois tours, le château où siégaient la châtellenie et le baillage

?-les fleurs de lis, la maison royale

-les croix les citations reçues par la ville après les deux guerres mondiales

 La définition officielle des armoiries de la ville devint la suivante :

Une autre version fut soumise au Conseil Municipal en 1945. Elle avait été réalisée par le Docteur Bourriau mais a été refusée certainement parce qu'elle ne représentait pas assez la ville et n'était pas conforme aux règles de la représentation des armoiries. 

Cependant, différentes versions 'moins officielles' de la représentation des armoiries de Lens ont existé.

Dans les années 70, le blason du Racing Club de Lens qui, jusque là, ne comportait qu'une lampe de mineur prend en compte son rapprochement avec la municipalité en y ajoutant une partie des armoiries de la ville.

Les armoiries de la ville représentées sur les cartes postales étaient très à la mode dans les années 60/70

 

Mais dans ce cas, il faut vérifier ses sources et ne pas faire comme celle ci. C'est le blason du Département du Nord qui illustre les photos de Lens !

 

Les armoiries ont souvent été représentées en philatélie.

Un timbre de collection a été émis en 1970. Il représente les chevalets des mines de Lens, une lampe de mineur et ses outils ainsi que le blason simplifié de la ville.

Lors de la mode des pin's, les armoiries furent également représentées.

Bien sur, les armoiries de la ville ont aussi toujours figuré sur les fanions et instruments de l'harmonie Municipale. 

 

Il y a peu, le Conseil Municipal a décidé de changer le logo de la ville pour le moderniser : les couleurs bleues et jaunes de la ville ont disparu, le château aussi. C'est un autre style !!!

 

 

texte par le lensois normand, voir le site du lensois normand 

FacebookTwitterPartageImprimerEnvoyer